Soupe de langues - comprendre et se faire comprendre à l'étranger - Scarletpost

Soupe de langues – Episode 1 : L’étrangère

Sourire figé, mains sagement posées sur cuisses serrées, il s’agit de rafistoler son air interloqué. Non, parce que soyons honnête, malgré le gros dictionnaire trônant en évidence sur le crâne de ton sac de voyage, tu n’as encore guère poussé au-delà de oui-bonjour-merci-au-revoir. Et hormis ce prénom que tu commences à cerner depuis le temps que tu le traînes, tu n’as pas pigé un traître mot de la conversation. « De quoi s’agit-il m’sieurs dames, interroge Continuer de lire Soupe de langues – Episode 1 : L’étrangère

Publicités

Et si on arrêtait avec le coming-out ?

« Mais t’es homo ?! J’en étais sûre ! ». * sourire et regard complice * Comment dire… On a tous déjà assisté à ce genre de situation, quand on apprend qu’une connaissance ou qu’un proche est homosexuel – ou LGBTQ+ en général. On a tous aussi participé à une conversation où le sujet majeur était de savoir si, oui ou non, Raph’ était homo. Dans ces situations, … Continuer de lire Et si on arrêtait avec le coming-out ?

« Ça fera 20 euros. »

« Ça  fera 20 euros ! », a clamé la bougresse, accoudée de tout son aplomb et de toute sa féminine dignité de pharmacienne devant son écran d’ordinateur. À regarder sa personne, on l’entendrait presque déclamer d’une haute voix que « Je suis une femme sérieuse moi, je n’ai pas le temps de lambiner. Que désirez-vous / ce sera tout / bonjour madame / au revoir messieurs, sans jamais … Continuer de lire « Ça fera 20 euros. »

SEPTEMBRE

« Septembre. Alors voilà. L’art du cliché voudrait que je trouve quelque chose, une muse, une couleur, un souvenir, qui parle de Septembre. Un cliché pour que Septembre ne soit plus seulement un mot, un moment fuyant. Comment parler des mois ? Les mois c’est le temps. Non pas le temps qui court comme se dessinent les rides. Le temps qui revient. Septembre est passé, il reviendra. … Continuer de lire SEPTEMBRE

La confiance n’exclut pas la méfiance

Au Burkina, et comme partout, le naïf doit se faire une peau dure. Ou, sans y avoir pris garde, il se retrouve blessé, vexé d’avoir placé tant de sincérité dans une situation sertie d’intéressés. « La confiance n’exclut pas la méfiance ». Une maxime entendue, mise en garde, répétée par des amis zélés. Cette expression jusqu’à présent je le maintenais à distance, la plus éloignée possible. Quelle … Continuer de lire La confiance n’exclut pas la méfiance