COLibrI Scarlet La culture des idées

COLibrI #4. Un outil de correction de titres sexistes

COLibrI, c’est pour « Cyberféminisme Ouvert Libre et Illimité ». Chaque lundi, le COLibrI butine dans l’Internette(de préférence hispanophone) pour dénicher un outil, un site, ou une biographie cyberféministe.

Il ne sera pas question de vous présenter cette semaine un outil de correction en « écriture inclusive » comme le fait Microsoft [1] (mais si quelqu’un.e pouvait en développer une en version libre, on vous tend une perche 😉 ).

Que faire quand on est confronté.e à un titre ou à des articles aux énoncés sexistes, ou qui rendent un version machiste des événements ? C’est ce que relève par exemple, le Tumblr “Les mots tuent”  [2] qui recopie des articles dont les titres sont parfois « corrigées » par des contributeurs.trices.

Dans ce même esprit, « La Correctrice » est une page en espagnol qui corrige des titres machistes dans les médias mexicains. Les créatrices de la Page soulignent leurs motivations :

Nommer les choses par leur nom. Si une femme est assassinée cela doit apparaître clairement dans le texte, il ne suffit pas de dire qu’elle est morte. Il n’y a pas de crimes passionnels, parce que les assassinats de femmes en peuvent pas se réduire à des accès de folie.

Ne pas accuser ni juger les victimes. Les journalistes doivent aussi éviter de tomber dans les narrations qui finissent par blâmer les victimes. Aller à la plage, voyager comme globe-trotteuse, ou être habillée d’une telle facon ne sont pas des arguments pour qu’un homme viole, tue, harcèle une femme. Décrire les circonstances qui entourent les cas, soulignant particulièrement ce que faisait la victime, peut finir par la rendre responsable de ce qui s’est passé.”

Prenons, par exemple, cet énoncé sur le cas Weinstein :

correctora antes de 1
Capture d’écran du 19 octobre 2017

L’ancien énoncé dit « Les femmes qui ont mis un terme à la carrière de Harvey Weinstein » et le corrigé « Les femmes qui ont osé dénoncer les abus de H.W. ». Pour rafraîchir la mémoire, le cas Harvey Weinstein qui a donné lieu au hashtag #BalanceTonPorc (et l’analyse faite sur Scarlet). [3]

Un deuxième panneau, qui vient nous rappeler que la journée contre la violence envers les femmes était ce 25 novembre dernier:

correctora 2
Capture d’écran du 15 novembre 2017

L’énoncé barré est : « Ils.elles se connaissaient depuis tout petits, se sont mis ensemble et il l’a tuée parce qu’elle l’a laissé. » Après passage de la correctrice: « Le fémicide de Ailín Torres ».

Les fémicides ou féminicides mettent en valeur qu’il ne s’agit nullement pas de cas de « crimes pasionnels » mais d’assassinats perpétrés dans une logique patriarcale, ou plus simplement, tuer des femmes parce qu’elles sont femmes. [4] Malheureusement, aucun outil technologique ne peut venir corriger cela, si ce n’est a la main, et si ce n’est plus de formations en théorie du genre pour les journalistes.

Seuls bémols: la page n’est active que sur Facebook, en espagnol, mais on commence à voir émerger des “Pages Correctrices” un peu partout en Amérique Latine.

Et vous, connaissez-vous des titres ou des unes sexistes, et comment les corrigeriez-vous ?

A.D.

Sources :

[1] « Microsoft rejoint le complot autour de l’écriture inclusive » ActuaLitté.

[2] « Les mots tuent« , Sophie Gourion.

[3] « Ce que cache la critique de #BalanceTonPorc« , Marie-Lou.

[4] « Qu’est-ce qu’un féminicide? » Crêpe Georgette.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s