Vincent Dedienne S'il se passe quelque chose - Scarletpost La culture des idées

La Quinzaine #7. Hétéroclite

1. Le chevalier à la licorne

 

#dessin

Des seins et des regards, de la délicatesse et du déchirement, de la douceur et de la souffrance : cette jeune dessinatrice semble rallier la contradiction au travers de ses dessins de femmes et de corps nus. Ses illustrations possèdent une dimension presque mystique, une tension dramatique qui toucherait presque à l’essence de l’existence, la tension de l’être en devenir, de l’adulte en question. On touche – littéralement – avec les yeux !

A déguster d’urgence → https://lechevalieralalicorne.wordpress.com/

2. Vincent Dedienne, “S’il se passe quelque chose”

Vincent Dedienne S'il se passe quelque chose Scarlet La culture des idées

#théâtre

Le premier “one man show” de Vincent Dedienne, comédien, chroniqueur dans l’émission Quotidien de Yann Barthès. “One man show”. Avec des guillemets. Car dans ce seul en scène, entre les souvenirs de son enfance et les personnages qu’il incarne dans de petites scènettes, Vincent Dedienne n’a de cesse de se jouer de la situation même de la représentation. Ce regard réflexif rend les situations encore plus absurdes et burlesques. Drôlissime et touchant. Car Vincent Dedienne sait alterner entre l’émotion et la réflexivité, la poésie et la comédie – qui s’entremêlent et se nourrissent. Laissez-vous embarquer dans ces allers-retours permanents entre le jeu du comédien et la réalité de l’homme.

A voir au théâtre et en retransmission au cinéma !

3. Documentaire harcèlement sexuel

#documentaire

Dans ce documentaire, réalisé par Andréa Rawlins-Gaston, la réalisatrice s’attache à faire la lumière sur le harcèlement sexuel au travail. Elle cherche notamment à distinguer le plus clairement possible ce qui relève du harcèlement de ce qui relève du sexisme. Et les pièges sont nombreux ! Saviez-vous que la répétition d’une situation n’est pas la seule paramètre qui définit le harcèlement sexuel ? Grâce à l’étude d’un panel qui véhicule – bien malgré lui – les préjugés sur le harcèlement sexuel au travail, le documentaire sert un double intérêt : la mise en visibilité du harcèlement sexuel au travail, et la clarification du terme – qui en trouble plus d’un (Scarlet s’est aussi faite avoir) ! Pédagogique et poignant.

A regarder calmement en replay pendant plusieurs jours encore !

4. Hatier, premier manuel scolaire en écriture inclusive

#papier

Merci Hatier ! En Mars 2017, l’éditeur Hatier a publié un manuel scolaire rédigé en écriture inclusive. Ainsi, les métiers sont écrits à la fois au masculin et au féminin. Par exemple, « agriculteur.trice.s » ou « avocat.e.s ». L’écriture inclusive, c’est s’appuyer sur des règles orthographiques plus neutres et égalitaires. Mais en octobre, le ministre de l’Education Nationale s’est encore montré réservé sur cet usage. La règle du masculin en France n’a pas toujours été la règle, jusqu’au XIX-me siècle. Comme l’a rappelé Raphael Haddad, auteur d’un manuel d’écriture inclusive, la langue est un enjeu de société et l’écriture inclusive permet de redonner la place au féminin et aussi de s’affranchir de la binarité du genre.

5. L’exposition Days are dogs au Palais de Tokyo

Palais de Tokyo Camille Henrot - Scarlet La culture des idées

#expo

Que vous soyez parisien.ne ou de passage par la capitale, n’oubliez pas de faire un tour du côté de Passy (M°9). Le Palais de Tokyo a laissé carte blanche à Camille Henrot pour investir ses vingt-deux mille m². L’exposition « Days are dogs » explore les humeurs de chaque jour de la semaine de façon non frontale – en s’inspirant de l’expression « dog days » qui désigne en anglais les jours les plus chauds de l’été -, en utilisant divers supports: sculpture, fresques, collages, ordinateurs, téléphones… De la salle du “Lundi”,  investie par des oeuvres marquées par une grande lassitude, sous le signe de la lune, on traverse d’autres salles-jours de la semaine, comme le “Mercredi”, jour de Mercure, du vent, du passage, de flux incessants, où l’on trouve cette oeuvre-boîte mails pleine à craquer. Ou le jeudi, où vous pourrez visionner “Grosse Fatigue”. Je vous recommande notamment la salle du Lundi, où vous vous trouverez entre sculptures géantes, représentations de la femme et des figures patriarcales mises à mal, comme celle de Moïse sur la pointe d’une pyramide…

Exposition au Palais de Tokyo. Days are dogs – du 18/10/2017 au 07/01/2018, de midi à minuit, tous les jours, sauf le mardi. Conseillé avec un médiateur. 11€ tarif réduit, 14 plein tarif.

Ana, Dalphée et Fiona.

Crédits images :

  • @ Le chevalier à la licorne
  • « Infrarouge », France 2
  • Hatier
  • Vincent Dedienne
  • Palais de Tokyo
Publicités

2 réflexions sur “La Quinzaine #7. Hétéroclite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s