Une danse Loie Füller - Alba Scarletpost - La culture des idées

A la hauteur. #10 Alba

A la hauteur

A la hauteur est une fiction estivale, écrite par Salomé Duval, à laquelle vous allez vite accrocher … ! Sur la plage ou dans votre transat, sirotez chacun des portraits tous les lundis et jeudis d’août !

ALBA

Alba s’apprête à entrer en scène. Ça fait si longtemps qu’elle n’a pas ressenti ça. Cet étrange mélange d’adrénaline et de calme absolu qui se diffuse dans tout son corps. Elle le sent dans ses veines qui coule. Elle sent son cœur qui bat dans sa poitrine. Il bat fort. Calmement, mais fort. Cette pompe intérieure diffuse cette étrange sensation de sa cage thoracique à ses doigts, à ses pieds. Elle aime cette pulsation. Elle sent le rythme de la musique qui résonne déjà dans sa tête et qui bientôt tendra ses muscles. Quand elle danse elle a l’impression de disparaître à elle-même et au monde. Elle fait partie de l’air ambiant. Son royaume c’est la scène. Elle entend déjà le bois qui craque sous ses pieds. Elle sait qu’elle ne verra même pas le regard des gens qu’elle aime se poser sur elle.

Alba perçoit aussi une pointe d’appréhension. Elle ne l’a jamais fait. Se représenter seule. Elle aimait le confort du corps de ballet. Elle pouvait s’y abandonner complètement sans qu’on ne la voit. Elle ressentait l’énergie troublante de ses camarades. Les corps à l’unisson. Mais cette fois Alba est seule. Elle a répété depuis des mois. Cette chorégraphie est sortie tout droit de ses rêves et s’est inscrite dans chaque parcelle de ses muscles. Elle sait qu’elle ne fera pas de faux pas.

C’est drôle. Elle pense à tout ce chemin parcouru. Il y a un an, elle se tranchait les veines. Aujourd’hui plus de dope, plus de cure, plus le regard inquiet de Bianca. Aujourd’hui, Jonas, leur appartement en banlieue, leur boulot de prof, cinéma pour lui, danse pour elle. C’est son ancien mentor qui a accepté de lui donner une chance. Elle donne des cours pour des enfants de huit à dix ans. En échange, sa patronne lui laisse une salle pour pratiquer ses chorégraphies le soir. C’est la première fois qu’Alba arrive à garder un job. Et un mec. Elle aime Jonas. Elle aime la normalité qu’il apporte à sa vie. Sa mère lui avait appris à grimper aux arbres, à aller toujours plus haut, à être remarquable. Jonas lui apporte l’enracinement dont elle a besoin. Elle l’aime pour ça.

Alba est heureuse à l’idée de monter sur scène. Elle a invité toutes les personnes qui comptent pour elle. Jonas, bien sûr, mais aussi Bianca et même Sergio qui a fait le voyage depuis Rome. Seule Caro manque. Elle l’a appelée il y a une heure. Elle était en route pour l’hôpital, la femme de son frère allait accoucher. Rien que d’imaginer Caro marraine, Alba a envie de rire. Elle repense à toutes ces fois où elle a entendu son amie crier son mépris total du marmot. Déjà à l’époque de la mort de sa mère quand la famille de Caro les a accueillies avec Bianca, elle revendiquait son droit à détester les gosses, elle qui en était presque encore une. Alba est contente pour Paul. Et pour Caro aussi.

Les premières notes de musique retentissent. Dans quelques mesures à peine, Alba entrera en scène. Elle sautille un peu pour faire monter la chaleur de son corps et enroule la tête pour assouplir sa nuque. Dans quelques secondes elle va s’élancer. Elle pense à sa sœur, à son beau-père et à Jonas. Elle va danser pour eux. Elle va danser pour eux autant que pour ses fantômes. Pour la tyrannie de sa mère et la faiblesse de son père. Elle s’élance sur scène. Elle danse pour eux. Pour eux tous. Elle danse pour sa rédemption. Elle danse aussi pour l’ordonnance de médocs qu’elle garde dans son sac, en coulisse, son épée de Damoclès en micro-format qui ne la quitte jamais. Elle danse pour les gens qui l’aiment et qu’elle aime. Elle danse pour ce qui la sauve. Et pour ce qui pourrait la perdre, elle danse aussi.

Dans le public, maintenus dans l’obscurité, Jonas la voit, Sergio la voit, Bianca la voit. A leurs yeux, nue, elle danse le ballet funèbre et lumineux de sa vie.

Salomé Duval.

Crédits image : Loie Fuller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s