Ergon Schiele - Caro - Scarletpost La culture des idées

A la hauteur. #7 Caro

A la hauteur

A la hauteur est une fiction estivale, écrite par Salomé Duval, à laquelle vous allez vite accrocher … ! Sur la plage ou dans votre transat, sirotez chacun des portraits tous les lundis et jeudis d’août !

CARO

Sérieusement, Bianca évitait ses appels maintenant ? Caro n’en revenait pas. C’était dimanche, il était onze heures, soit l’heure à laquelle Bianca et elle s’étaient promis de toujours se retrouver en remplacement des traditionnels repas dominicaux en famille. Cette tradition bien à elle existait depuis des années et elle leur avait permis de tenir leurs familles dysfonctionnelles à distance avec une efficacité redoutable. Bianca évitait de penser que sa sœur était sûrement paumée et seule quelque part et que son père n’en avait strictement rien à foutre d’elle, et Caro évitait de retourner dans la banlieue moyenne dont elle était issue et qui lui faisait horreur. Ses parents acceptaient son absence à ces diners car ils appréciaient l’idée que pour une fois leur benjamine n’était pas un monstre d’égoïsme et qu’elle se dévouait à sa pauvre amie dont la mère était décédée il y a des années et dont le père était aux abonnés absents. Secrètement, ils se gargarisaient à l’idée que leur fille côtoyait le rejeton d’un couple célèbre dont ils avaient religieusement scruté la vie privée dans la presse à scandale pendant des années.

Il était midi, Caro commence sérieusement à avoir faim et son frigo était toujours vide. Bianca payait toujours le déjeuner du dimanche. Et puis merde. Elle prend son téléphone et appelle sa mère. Celle-ci décroche à la deuxième sonnerie. Bien sûr qu’elle peut venir manger. Non elle ne déjeune pas avec Bianca, elle est en déplacement pour le boulot. Sa sœur et son frère sont là eux-aussi, avec les enfants. Génial. Mais Caro a faim et le gratin dauphinois de sa mère est juste irrésistible. Elle sélectionne les fringues les plus neutres qu’elle possède, s’asperge d’un peu de parfum qu’elle a reçu à Noël, arrange un peu ses cheveux et monte dans le premier bus.

Arrivée devant la porte de ses parents, Caro hésite. Si elle doit faire demi-tour, c’est le moment, elle pourra toujours trouver une excuse. Son ventre gargouille. Elle toque à la porte. Bien sûr c’est Vanessa qui ouvre. Vanessa sa sœur parfaite qui se sent toujours obligée de tout faire afin de prouver au monde entier qu’elle est une bonne personne, bien élevée, aimable et tout ce genre de connerie. Avant de devenir une control-freak, Vaness’ a eu une période fun et Caro et elle aimaient sortir ensemble, picoler, fumer en cachette et parler garçons. Et puis la vie à suivi son cours, sa sœur est devenue RH, s’est trouvé un mari chiant comme la mort et à commencer à pondre. Deux ignobles petits monstres qui se jettent déjà à son cou. Et le bébé qui braille. Elle allait oublier le bébé qui braille. Ouf, son père arrive et la libère de leur emprise. Elle l’embrasse. Elle fait le tour de la table. Sa mère l’enlace. Elle fait la bise à son beauf’ Aymeric, à Paul, et … merde Sophie est enceinte. Ça veut dire que son frère aussi s’y met, il commence à pondre. Elle les félicite tout en se disant que cette fois encore, cette fois plus que jamais, elle ne pourra pas y échapper. Elle entend déjà les remarques sur son célibat, sur l’horloge biologique, sur l’anniversaire de ses vingt-huit ans qui approche à grand pas, sur son inactivité. Putain Bianca a intérêt d’avoir une bonne excuse.

Le repas se termine sur les coups de quinze heures. Rien de passionnant, Aymeric a parlé de sa nouvelle voiture, Sophie et Vanessa ont parlé poussette, son père n’a rien dit mais a souri continuellement, sa mère a fait un milliard d’aller-retours entre la salle à manger et la cuisine pour nourrir toute sa petite famille. Même derrière tout son cynisme et la honte latente qu’elle a de sa famille, Caro ne peut pas s’empêcher d’être heureuse de voir ses parents aux anges. Et puis elle ne s’est pas complètement ennuyée. Elle a parlé musique avec son frère. Caro a toujours aimé qu’il lui fasse découvrir des nouveaux trucs. Elle ne sait pas comment il fait mais il est hyper pointu dans ce domaine, il déniche toujours des petites pépites. Pourtant il est comptable. Caro aime imaginer son frère avec une double vie, comme un espion musical en somme. Elle lui dit, ça le fait rire. Ils sortent dans le jardin fumer une clope – enfin, se dit Caro. Elle lui demande s’il ne flippe pas à l’idée d’être papa. Paul aussi aimait se moquer de Vanessa la super-héroïne des couches culottes. Il lui avoue qu’il flippe. Qu’il flippe à mort même. Mais que c’est le moment, il le sent. Contre toutes attentes, il lui demande d’être la marraine. Caro s’étouffe avec la fumée. Elle le regarde interloquée, lui demande de répéter. Il lui répète, au mot prêt. « Tu voudras bien être la marraine ». Elle ne comprend pas trop ce qui arrive. Elle dit oui. Elle ne lui demande même pas si Sophie est d’accord. Elle a dit oui. Il sourit. En riant, il lui demande de ne rien dire à Vanessa pour l’instant. Il veut attendre la naissance de l’enfant pour ça. Pour qu’elle se fasse un tas d’idées pendant les mois à venir et pour que Caro et lui puissent éclater de rire quand ils la verront se décomposer au moment de l’annonce. Elle explose de rire. Ils ont toujours aimé se liguer contre leur ainée. Elle ne pensait pas que Paul pousserait leur jeu jusqu’à ce stade. Ça la rassure un peu. Même papa, même comptable, son frère reste son frère.

Vers dix-huit heures, Vanessa et Aymeric ramènent Caro chez elle, dans leur toute nouvelle voiture dont il est si fier. A l’avant, son beauf fait semblant d’écouter la radio et sa sœur, le bébé dans les bras, regarde par la fenêtre avec des yeux vides. Caro partage la banquette arrière avec son neveu et sa nièce. Ils font des jeux d’enfant, ils rient.

En partant, Caro a dit : A la semaine prochaine.

Salomé Duval.

Crédits image : Ergon Schiele

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s