Vade rétro politesse

Politesse, oh, politesse, chère politesse, bienséance ancrée, codifications saugrenues, maîtrise de soi martelée, sincérité bridée, comment t’atteindre ? Te soumettre, t’adapter, te modeler, voir t’annihiler ? Non vraiment, indécrottable, tu préfères à la sincérité des hôtes qui t’hébergent ton implacable rigidité ? Allons… Quel bon sang de bon sens trouveras tu pour justifier de forcer de pauvres hères à dire oui en pensant non ?
Penses-tu vraiment que l’on acceptera encore longtemps de se mouler dans l’inconfortable cercueil au fond duquel tu proposes que l’on s’ennuie, jour après jour ? Et pourtant c’est bien vrai. Oui, malgré la montagne de non sens qu’ils imposent, d’étriqués codes sociaux s’évertuent à nous mener par le bout du nez.

Tu fais pleurer les enfants.

Tu fais gargouiller les ventres, dans les dîners mondains, chez les grand-mères, au restaurant, dans les cantines.
Tu rends subtiles et délicates les paroles toutes non-dites des amoureux intimidés, tu émoustilles les sens les plus tenus de l’élégance chez les messieurs, les dames, et puis, cruelle invention despotique, tu dresses entre les amoureux imaginaires une muraille infranchissable, hérissée de piquants, croissante, qui les condamne à tout jamais à soupirer chacun de leur côté.
Tu abandonnes à leur détresse tes plus fidèles sujets, qui te vouent allégeance jour après jour pour ne récolter que froideur.

Tu fiches la trouille.

Colette.

Crédits image :
@Hergé – Tintin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s