« Les meilleurs méritent le meilleur » : la philosophie de Djokovic en question

Novak Djokovic a récemment déclaré que le tennis mondial devrait remettre en cause le principe d’égalité des primes entre hommes et femmes pour la simple raison que les tournois féminins sont moins suivis que les tournois masculins. Il a tout simplement remis en question le principe de l’égalité salariale entre hommes et femmes.

Dans mon monde idéal, la question de l’égalité entre les primes sur les tournois ne devrait pas se poser car les hommes et les femmes concourraient ensemble. C’est ce qu’il se passe dans les compétitions d’équitation, et pour cela j’adore ce sport qui permet de montrer aux hommes que les femmes peuvent être meilleures qu’eux. Mais voilà, mon monde idéal n’existe pas car dame nature a décidé qu’hommes et femmes devaient être physiologiquement différents. On pourrait penser que ce n’est pas un problème. Mais ça en devient un lorsque cette différence se transforme en inégalité. Et c’est pour ça que l’égalité salariale est primordiale.

Le second problème que me pose Djokovic est qu’il met l’argument économique au cœur de la question : le tennis masculin rapporte plus puisqu’il a plus de spectateurs, donc les joueurs devraient être payés plus que les joueuses. Et j’avoue que ça me dérange toujours lorsqu’on fait primer la réalité économique sur les principes de justice. Bien sûr, on pourrait penser que les joueurs ont plus de public parce qu’ils le méritent plus, et alors l’argument économique devient la mesure du mérite – et donc de la justice méritocratique. Mais en vrai, comment juger qui mérite plus que qui ? Je pose seulement la question et j’avoue ne pas avoir de réponse à proposer.

Au delà du fait qu’il est scandaleux que l’on puisse encore remettre en cause cette égalité salariale de principe, ce qui me pose le plus problème, c’est que « Nole » est mon idole. Et je serais comblée le jour où il gagnera (enfin) le tournoi de Roland Garros pour prendre la place de légende qui lui revient de droit.

Les meilleurs méritent le meilleur - la philosophie de Djokovic en question (2)
Novak Djokovic imitant Maria Sharapova

Nole est mon idole, je suis féministe, deux choses qui ce soir m’apparaissent incompatibles. Et pourtant, à y réfléchir ça faisait sens jusque là : si je m’identifie à Djokovic (car non ce n’est pas vraiment mon idole parce que je veux me marier avec lui) c’est qu’il est encore un outsider alors que depuis des années il est le n°1 du classement. Il est un outsider car dans l’esprit des gens, c’est encore Federer-Rafa et que lui n’est qu’un élément perturbateur qui vient rompre un équilibre qui s’est perpétué pendant des années et qui plaisaient bien à ceux qui en profitaient. Ça ne vous rappelle rien ? Pour moi, Nole est comme ces femmes qui sont meilleures que les hommes et dont pourtant on refuse de reconnaître le talent parce que cela remettrait en cause l’équilibre intérieur qu’on s’est forgé au cours du temps et qui repose sur la supériorité masculine. Nole pour moi c’était le changement, et le défendre contre tous les nostalgiques de Federer, c’était défendre la reconnaissance du mérite, la récompense du présent plutôt que la conservation du passé. Nole c’était ça pour moi, c’était assumer le fait que contre tous les avis, je puisse être la meilleure et même si on ne reconnaissait pas mon mérite, les faits parleraient d’eux mêmes.

Alors peu importe ce qu’il peut dire. Je continuerais de l’aimer pour ce qu’il représente pour moi. Car reconnaître son talent et sa grandeur de joueur, c’est reconnaître que tous – ceux qui ont grandi dans un pays en guerre et qui avaient des rêves plus grands qu’eux, comme celles qui sont femmes dans un monde d’hommes et qui rêvent elles aussi plus loin que leur horizon – tous ceux-là, ils peuvent être les meilleurs. Et même si le public les hue, si les vieux conservateurs accrochés à leurs privilèges refusent de le reconnaître, les faits parleront d’eux-mêmes.

Marie-Lou Reymondon

Crédits photos :

HEAD pour FashionTimes

CIAMBELLI/SIPA

Publicités

2 réflexions sur “« Les meilleurs méritent le meilleur » : la philosophie de Djokovic en question

  1. Pourtant les différences physiques sexuelles n’interviennent pas dans tous les sports !
    C’est probablement le cas pour l’athlétisme et le foot américain par exemple (où les équipes féminines doivent jouer en lingerie pour que leur match soit diffusé, soit dit en passant) mais pourquoi avoir une catégorie homme et une catégorie femme dans le e-sport ? Je m’y connais très peu en sport mais je suis sûre qu’il y a plein de sports collectifs et individuels où les femmes peuvent avoir le même niveau que les hommes.

    J'aime

  2. Je suis assez d’accord avec toi sur cette histoire d’égalité de prime et de méritocratie : au final la plupart des compétitions sportives masculines remportent un meilleur engouement que leurs homologues féminines du fait que dans les mentalités le sport masculin est plus valorisé et intéressant que le sport féminin. Donc réduire les primes en proportion de l’impact économique c’est au final admettre le fait que le sport féminin a moins de valeur que le masculin.
    Quant à ton monde idéal, effectivement il est irréaliste du fait des différences physiques homme/femme… C’est dommage, ça ne leur ferait pas de mal de se faire battre par des femmes !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s